Label Ou Rien : Boukan Records

Boukan Records est l’un des petits nouveaux très prometteurs qui a fait son apparition dans le paysage électronique parisien l’année dernière. Vachement proche du clan YGRK Club, couronné par un article de i-D au titre douteux, ce label digital produit un son évoluant quelque part entre UK garage, house, grime, r’nb et hip-hop. Pour apprivoiser un peu mieux leur univers musical, on vous conseille d’aller tendre l’oreille aux différents compilations que le label a partagé sur son Soundcloud. Nous avons donc demandé à Bamao Yendé, le fondateur du label, de répondre à nos questions furieusement débiles, histoire d’en savoir un peu plus sur Boukan Records – un futur grand en devenir qui a réussi à répondre à peu près sérieusement à cet interrogatoire absurde. 

boukan-1

Si votre label était une histoire inventée par vous-même, ça serait laquelle ? Soyez créatifs, pas comme votre dernière sortie.

Votre label est-il, d’une façon ou d’une autre, politique ?
Politique, je ne sais pas. Mais on défend des valeurs qui nous sont propres et on essaye de faire passer notre message de paix et d’amour via les différents projets qu’on essaye de proposer. On ne se prend pas tellement la tête à vrai dire.

Est-ce que la scène parisienne est à la hauteur de vos talents ?
On n’est pas en compétition, on fait nos petits business et on partage notre came. C’est avant tout pour le kiffe qu’on fait ça.

Le son Boukan Records, c’est quoi ?
Hum, au final ça peut-être un peu tout. Là y a de la house, de l’afro-beat, du UK funky, des trucs plus tribaux, du garage. On est fermé a rien en soi, c’est plus une question de feeling. Il va y avoir des projets plus rap-r’n’b qui vont voir le jour sur Boukan aussi ces prochains mois.

Y a-t-il des tire-au-flanc dans votre label ? Oui, on est en France, pays des collabos et des flics.
Ahah, pas vraiment. On est une team de charbonneurs adepte de la procrastination mais y a pas mal de projets excitants qui sont sur le feu. Ça mijote, ça arrive bientôt.

La concurrence est-elle rude à Paris ? Si oui, qui aimeriez-vous éliminer ?
On n’est pas du tout dans les délires de concurrence, y a des chauds trucs qui se passent ici. Debruit, j’kiffe bien.

Avec quel(s) disque(s) pourri, ringard ou détestable déjà sorti auriez-vous aimé polluer le marché, si vous aviez été la maison de disque qui l’avait sorti ? On aime beaucoup ce genre de disques, chez nous.
Lol.

Ma grand-mère ne comprend pas du tout votre musique. Avez-vous quelque chose à lui répondre ?

Faut-il continuer d’encenser les anciens du game électronique ? Ne faudrait-il pas plutôt les abattre ?
Hum, il faut encenser la bonne musique plus que un tel ou un tel. Encenser les projets plus que les personnalités à mon avis.

Boukan Records a l’air de se foutre royalement des disques. Est-ce un choix économique, un refus d’obtempérer à la dictature de la hype ou un projet que vous gardez pour le futur ?
Ah c’est plus un choix économique pour le moment. Le premier skeud va arriver. Ça sera pour nos un an à mon avis. C’est cool le digital mais pouvoir sortir en physique, c’est pas les mêmes sensations, c’est un autre délire.

Qui sont vos mentors ? Ceux-là, on ne les abattra pas, promis.
Alors mentors j’irai pas jusque-là, mais y a des gens qui nous boostent, qui nous aident bien, comme Manon Vila qui fait partie de Sonotown et qui nous a aidé sur pas mal de projets. Actuellement on est en train de tourner des scènes de son film et on s’occupera de la bande-son .Après y’a des labels qu’on kiffe bien comme celui de Roska qu’on va essayer de ramener sur Paris d’ici pas longtemps, on est en train de gérer ça .

Quelle est votre actualité proche ou lointaine ?
Moku John va sortir « MokuTown Research Inc », Mama Testa du Mexique va envoyer un EP, tout comme Sottoh qui va sortir son double-Ep d’ici peu. Kabaka & Beyta vont sortir des projets d’ici peu. Pour la rentrée 2017, on va sortir une petite compilation avec des guests plutôt sympas et moi-même je bosse sur un EP. Y a des collabs cool qui vont sortir rapidement.

Vous pouvez retrouver Boukan Records sur leur page Facebook ou sur Soundcloud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *