Préliminaires torrides dans un nouveau squat : poésie techno, transe électronique et psychédélique

© Baptiste Lavigne

Nouvelle corde à l’arc des collectifs parisiens, la Casa Comuna aiguise ses flèches et ajuste son tir pour un premier événement préambulant ceux à venir. Ce qu’ils visent ? Le partage festif et sans allégeance, la bienveillance envers des propositions artistiques fortes, et surtout la beuverie conviviale, évoquant l’esprit des auberges d’autrefois. Ou l’incarnation que prendront les free de demain.

C’est dans le squat pantinois DSXL à l’est parisien que s’exposeront des artistes aux modes d’expression hybrides mais dont la passion créatrice constitue le point de ralliement. Dans l’ordre, Ospiël initiera le mouvement avec son projet poético-techno où textures ambient, impulsions rythmiques et textes suggestifs dialoguent avec la force native des vidéos d’Indira Reinikainen. S’en suivra Dance Divine, disco cosmologique ou hypnose tellurique envoûtant de sa voix suave – fascinante et à suivre de (très) près.

Et puis ŒUF, l’un de ces groupes de rock français qui abolissent frontières et pudeurs dès le premier pas posé sur scène ; ou encore IDA, duo électro-acoustique où batterie extatique et esthétique organique du détail nous transportent du downtempo à la techno expérimentale. Préambule où il fera bon déambuler puisque scénographies fantasques et expositions d’artistes viendront ajouter quelques stimuli au champ sensoriel de la soirée. – ÉR.

Plus d’informations juste ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *