Il faudra souffler les cinq bougies de RA+RE, le crew des femmes qui font bouger les lignes de la représentation artistique à Paname

Cinq années, déjà, que RA+RE impulse la scène électronique de sa vision exclusivement féminine en ne programmant que des femmes sur ses événements ou en ne produisant que des EP composés par des représentantes du « deuxième sexe ». Et petite émotion pour nous puisque les deux fondatrices du label, Clara et Claire, avaient discuté avec La Carte Son pour la toute première interview publiée dans nos colonnes.

Samedi, c’est donc toute l’armada estampillée RA+RE, qui s’occupe du Wanderlust, de 18h à 6h du mat’. A l’évidence, la prog’ suinte le bon goût, et si les noms ne nous sont pas franchement inconnus on conviendra qu’ils demeurent gages d’une certaine idée, toute remplie d’exigence, de ce que la musique électronique « dansante » fait de bien, de beau, de vrai, de ra(+)re.

Inévitables, les artistes invitées le sont depuis un bon moment, et ce n’est pas notre expérience éprouvée des dancefloors où nous les avons rencontré qui nous fera dire le contraire. Entre la patronne de Partisan, Anthea, et l’une des têtes pensantes de Slow Life, Laurine, s’installe la co-fondatrice de Maricas Maricas, aka la meilleure teuf queer actuelle d’Europe, ISAbella.

A l’est de l’Europe, côté Russie, il y a Vlada, discrète DJ aux disques alléchants. Et à l’ouest de notre continent, côté Uruguay, une première performance sur notre territoire de Michelle, qui viendra nous présenter son live dont on ne nous dit que de belles choses. Quant au reste de la prog’, elle se constitue des résidentes actuelles de RA+RE, à savoir Abi, Charlotte, Rohmi, Mari.te, Ethel, Melody et Rubi. La crème, comme elles disent. Nous ajouterons l’esquisse avec un soupçon d’exquis.

Pour plus de d’informations sur l’événement, nous vous invitons à suivre ce lien. De notre côté, on est prêt.e, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *