Booty Call

C’est la caution Ghetto Music de France, celle qui, issue originellement des bas-fonds de Chicago et Detroit, fout une grande gifle à tous ceux qui s’approcheraient de trop près. Alors qu’il n’est qu’un collectif organisateur de soirées déchaînées, les gars derrière le label décident, en 2009, de monter leur propre maison de disques pour dresser leur étendard qui, peu à peu, prenait la pluie. Maintenant, l’étendard défie quiconque souhaiterait le mettre en berne – Booty Call est en effet devenue la référence de ce que la galaxie Ghetto Music (regroupant les styles juke, footwork, ghetto tech et ghetto house) fait de mieux – à savoir une musique de fou furieux qui te prends par les oreilles pour te foutre en l’air – le tout en beauté, bien sûr. Ressortant, au format digital uniquement (curieux pour des DJ’s du vieux d’la vieille), les grands classiques du genre (DJ Funk, DJ Godfather…) ou pariant sur la jeune garde (Kaptain Cadillac, Kesmo, Raziek…), l’écurie Booty Call peut se vanter d’être différente dans son genre de musique électronique. Un peu comme un incendie qui se déclarerait en plein désert.

logo-facebook copie logoweb soundcloud